Syndicat Industriel des Travailleuses et des Travailleurs (S.I.T.T.)

Branche de la région de l'Outaouais-Ottawa

Syndicat Industriel des Travailleuses et des Travailleurs (S.I.T.T.) header image 4

Solidarité avec la grève étudiante québécoise!

May 23rd, 2012 by admin

Les membres du Syndicat Industriel des Travailleuses et des Travailleurs (SITT-IWW) de l’ensemble du Canada appuient solidairement toutes les étudiantes et les étudiants ainsi que les travailleuses et les travailleurs du Québec qui s’opposent courageusement à la hausse des frais de scolarité, cette offensive capitaliste contre la classe laborieuse soutenue par le gouvernement à l’âge de l’austérité.

En bloquant les cours et en descendant souvent, et parfois par centaines de milliers, dans les rues, les personnes qui se mobilisent dans la lutte au côté des membres de notre syndicat qui s’y impliquent activement montrent au reste du Canada que l’action directe peut réellement porter fruit.

Le SITT réclame par la même occasion que la police cesse d’attaquer les médias indépendants du Québec, particulièrement Concordia University TV (CUTV). Leur travail de transmission vidéo en direct est essentielle aux changements démocratiques que nous encourageons.

Le SITT réclame aussi que le gouvernement provincial abroge la loi spéciale 78 qui suspend la liberté d’expression, la liberté d’assemblée et le droit de ceux qui luttent de défendre leurs choix par rapport à l’avenir que devrait avoir l’éducation au Québec. Le gouvernement doit entendre et reconnaître les bien fondés des revendications du mouvement et y répondre lors de négociations et non pas de légiférer de manière répressive pour mettre fin au conflit et rétablir la “paix sociale” par la force.

Le Comité Canadien d’Organisation Régionale du SITT (CCOR) encourage les membres et les branches locales à faire des dons à des associations étudiantes, dont l’Association pour une Solidarité Syndicale Étudiante (ASSÉ), et aux médias indépendants, dont CUTV. Le CORR les invite aussi à se joindre autant que possible à ceux et celles qui défendent les lignes de piquetages et qui se mobilisent dans les rues en solidarité avec cette lutte pour le droit à l’éducation et la liberté.

Au bout du compte, les étudiantes et les étudiants conjointement avec les travailleuses et les travailleurs ainsi que les professeures et professeurs sont en train de bâtir un puissant mouvement de solidarité qui marquera le Québec. Cette forte union nous permet d’espérer qu’un jour le système d’éducation puisse être contrôlé par ceux et celles qui y travaillent, y étudient et y enseignent dans le but de favoriser universellement le développement social et humain plutôt que de l’asservir à une sinistre logique de rendement monétaire qui profite aux banques insatiables et aux capitalistes de tout acabit.

Si tu es intéressé(e) par ce que tu lis, contacte-nous. Cela ne t’engage a rien, et sois sur(e) que nous n’en parleons ni a tes collegues, ni a ton patron. Si tu decides de te syndiquer, nous serons la pour t’aider.

Pour rejoindre un(e) délégué(e):

*Montréal
514-268-3394

*Sherbrooke
819-349-9914

*Partout au Québec
iww_quebec@riseup.net

* Ottawa-Outaouais
ott-out@iww.org

Tags: 1 Comment

Un premier Starbucks syndiqué au Québec

July 17th, 2009 by admin

starbucks_syndicat1Québec, 14 juillet 2009 – Lundi matin, le syndicat des travailleurs et travailleuses de Starbucks, affilié aux Industrial Workers of the World (IWW), a déposé une demande en accréditation syndicale auprès de la Commision des relations de travail, pour représenter les employés du Starbucks Germain-des-Prés, dans l’arrondissement Ste-Foy, à Québec. Les récents changements au système de gestion des horaires et les nouvelles exigences de l’employeur quant aux disponibilités des employés ont finalement convaincu les quelques quinze baristas, principalement des étudiants, de se regrouper pour défendre leurs intérêts face à un employeur inflexible et arrogant.

« Starbucks, c’est un peu le MacDonald’s du café. Les emplois sont précaires et mal payés, mais jusqu’ici, au moins les horaires de travail étaient flexibles, ce qui convenait aux étudiants qui y travaillent », commente Simon Gosselin, membre du syndicat. « La clause qui imposera un minimum de 24 heures de travail par semaine pour les chefs de quart et 16h pour les baristas est le cheval de bataille de notre syndicat. C’est un changement brutal qui fera en sorte que les 6 chefs de quart actuels devront être rétrogradés, ce qui implique pour eux une baisse de salaire de 10% et la perte de leurs avantages actuels », poursuit-il.

Starbucks est depuis 2004 la cible d’une campagne d’organisation menée par les Industrial Workers of the World, un syndicat alternatif implanté principalement aux États-Unis, mais aussi au Canada, en Grande-Bretagne et en Australie. « Starbucks prétend être un employeur socialement responsable, respectueux des collectivités et contribuant au développement économique », nous dit Mathieu Jean, porte-parole des IWW. « Avec ses emplois précaires et mal payés et de fréquents accrocs aux normes minimales du travail, Starbucks a plutôt tendance à appauvrir les communautés et à tirer les conditions de travail vers le bas», ajoute-t-il.

En effet, malgré les prétentions de l’entreprise, la multinationale du café a été 17 fois trouvée coupable de violation des droits syndicaux de ses travailleurs pour la seule ville de Minneapolis, et a été condamnée pour ses pratiques antisyndicales par le National Labor Relation Board, un organisme du gouvernement américain. En décembre dernier à New-York, la compagnie a été trouvée coupable de 30 chefs d’accusations similaires qui pesaient contre elle. Et plusieurs autres causes du genre sont pendantes.

« Nous n’avons pas l’intention de nous laisser intimider par l’employeur, et s’il veut jouer dur, il trouvera à qui parler », déclare Mathieu Jean. « Mais Starbucks a maintenant l’occasion de nous démontrer que ses prétentions sociales sont autre chose qu’une coquille vide. La balle est maintenant dans leur camp » conclut-il.

http://sitt.wordpress.com

Tags: 1 Comment