Syndicat Industriel des Travailleuses et des Travailleurs (S.I.T.T.)

Branche de la région de l'Outaouais-Ottawa

Syndicat Industriel des Travailleuses et des Travailleurs (S.I.T.T.) header image 3

Qui Sommes-Nous?

iww_large_letters

Nous sommes une branche faisant partie du syndicat international qu’est l’Industriel Workers of the World (IWW).   Notre but est des organiser en tant que travailleuses et travailleurs pour mener une véritable lutte syndicale contre les patrons et l’exploitation capitaliste.   L’IWW croit que l’émancipation des travailleuses et travailleurs doit être lk’oeuvre de ceux-ci et c’est pour cela que l’IWW préconisela démocratie directe et l’action directe, plutôt que la délégationde pouvoir envers des représentant-e-s.   Nous rejetons doncles grandes centrales syndicales qui au fil des années annéessont passées maîtres dans l’art de la collaboration des classe.  L’organisation syndicale n’est pas la solution ultime pour combattre l’oppressiondu capital, mais elle est un outil et un moyen extrêmement puissantpour éduquer, organiser, lutter pour de meilleures conditions detravail et pour nous émanciper éventuellement.   Présentement,notre branche grandit et elle doit continuée de croître.  Toute personne désirant s’impliquer peut nous le faire savoir etensemble, nous abolirons l’esclavage salarial!

PRÉAMBULE DE LA CONSTITUTION

La classe ouvrière et la classe dirigeante n’ont rien en commun. Il n’y aura pas de paix possible aussi longtemps que des millions d’ouvriers et d’ouvrières souffriront de faim et de misère alors que la minorité que constitue la classe dirigeante possède toutes les bonnes choses de la vie.

Il faut que la lutte s’intensifie entre ces deux classes jusqu’à ce que les travailleurs et travailleuses du monde s’organisent en tant que classe, s’emparent des machines de production, abolissent le système salarial et vivent en harmonie avec la terre.

Nous pensons que la concentration de la gestion des industries dans les mains d’un nombre de plus en plus restreint rend le syndicalisme corporatif inapte à faire face au pouvoir croissant des patrons. Les syndicats corporatifs encouragent un système qui permet à un groupe de travailleurs et travailleuses de s’opposer à un autre groupe dans la même industrie, ce qui ne fait qu’accélérer la défaite de l’un et de l’autre dans la guerre des salaires. De plus, le syndicalisme corporatif aide les patrons à propager dans la classe ouvrière l’idée fausse que les ouvriers et les ouvrières possèdent des intérêts en commun avec les patrons.

Ces conditions peuvent être changées. Les intérêts de la classe ouvrière ne seront servis que par une organisation constituée de telle manière que tous(tes) ses membres dans une industrie, ou toutes les industries si nécessaire, cessent de travailler aussitôt qu’une grève ou qu’un « lock-out » sont déclarés, dans n’importe quel établissement. Ainsi, affronter l’un(e) d’entre nous c’est nous affronter tous et toutes.
Contre le slogan conservateur « Un salaire juste pour un juste travail », nous devons marquer nos bannières de l’appel révolutionnaire « Abolissons le système salarial ».

La mission historique de la classe ouvrière est de supprimer le capitalisme. Les forces de production doivent s’organiser non seulement pour la lutte quotidienne contre les capitalistes, mais aussi pour continuer la production lorsque le capitalisme sera renversé. Par notre effort d’organisation dans l’ensemble des industries, nous sommes en train de bâtir une société nouvelle dans la coquille de l’ancienne.